Retour

Nouvelle prestation Premium de Interibat: la sécurité au travail

22/10/2014

Par le biais de Pascal Genoud qui vient de décrocher son diplôme fédéral de spécialiste de la sécurité au travail, ce qui lui confère le titre de chargé de sécurité CFST, Interibat proposera aux sociétés helvétiques une nouvelle prestation orientée vers la sécurité des collaborateurs qui fait actuellement l'objet d'une phase pilote.

Pascal Genoud n’est pas du genre à s’endormir sur ses lauriers ni à rester les bras croisés. Consultant auprès de la filiale Interibat de Sion depuis plus de 10 ans, il se lance régulièrement de nouveaux défis. Le dernier en date est le diplôme de spécialiste de la sécurité au travail qu’il a décroché en juillet dernier au terme d’un cursus de neuf mois, ce qui fait de lui un chargé de sécurité homologué par la Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail (CFST). Un poste de la plus haute importance dans le secteur de la construction et de la technique, puisque les entreprises qui ne possèdent pas les connaissances nécessaires doivent faire appel à des spécialistes pour «identifier méthodiquement les dangers, évaluer les risques en découlant, définir les mesures de protection appropriées ou élaborer leur système de sécurité».

Avant d’entreprendre cette formation qui s’effectue parallèlement à une activité professionnelle, Pascal Genoud s’est tourné vers Thierry Jacquier, administrateur-délégué au sein de Interiman Group, et responsable des enseignes Interibat et Interima, respectivement dédiées à la technique et à la construction, et à l’industrie et à l’horlogerie. «Il m’a tout de suite soutenu dans ma démarche visant à approfondir mes connaissances professionnelles, et qui a nécessité un gros investissement personnel. La formation, en effet, s’est déroulée en deux étapes, avec trois semaines de cours durant une première phase de trois mois au terme de laquelle j’ai passé un premier examen débouchant sur une attestation d’assistant de chargé de sécurité, et avec six semaines supplémentaires durant la seconde phase étalée sur six mois durant laquelle nous avons dû livrer deux travaux écrits sur lesquels nous avons été notés», explique Pascal Genoud.

Le premier travail s’est présenté sous la forme d’un portefeuille des phénomènes dangereux dans le cadre d’un ouvrage de génie civil, en l’occurrence le remplacement de l’enrobé routier en mode d’exploitation normale/particulière. Le choix de Pascal Genoud s’explique par le fait que ce processus présente des dangers tant au niveau de la sécurité que de la santé, la chaleur et les fumées étant particulièrement nocives pour l’organisme. A la clé, la suggestion de plusieurs mesures pour réduire les dangers et les nuisances, comme par exemple le port des lunettes de protection et des t-shirts anti-UV, la sensibilisation aux dangers de la chaleur, des rayonnements et de la déshydratation ou encore le rangement et l’ordre sur les chantiers, la signalétique et le comportement à adopter en zone de chantier, principalement pour les machinistes. Quant au second travail, il a pris la forme d’une campagne sur la sécurité valorisant les lunettes de protection, les t-shirts anti-UV et la crème solaire. Au terme de son cursus qui a représenté un investissement de quelque 200 heures de travail en marge de son activité professionnelle, Pascal Genoud a encore été soumis à un questionnaire portant sur les lois fédérales LAA, LAMAL, LPGA, Ltr, OLAA, et OPA, et à un examen oral durant lequel il a défendu sa campagne de prévention. 

Maintenant que le Valaisan dispose de son diplôme fédéral de chargé de sécurité CFST, Interibat entend partager le savoir-faire de son collaborateur avec les sociétés clientes actives en Suisse dans le bâtiment, ainsi que dans le second et gros œuvre. «Les contrôles de la SUVA sont fréquents et l’idée est de proposer aux entreprises qui n’ont pas les moyens de s’acquitter elles-mêmes de la tâche de superviser la sécurité sur leurs chantiers», explique Pascal Genoud.

Une nouvelle prestation qui fait actuellement l’objet d’une phase pilote auprès d’une société valaisanne, pour laquelle Pascal Genoud officie un jour par semaine en qualité de chargé de  sécurité CFST, vérifiant à la fois l’équipement des collaborateurs, les machines et les installations, à l’instar des échafaudages. «Le fait que les contrôles soient effectués par une personne extérieure à la société est un gage de sérieux et de qualité. On rédige son rapport de manière d’autant plus objective que l’on n’entretient pas de rapports amicaux avec l’équipe», poursuit Pascal Genoud. Dans le cadre de sa mission, il doit par ailleurs souvent faire preuve de diplomatie, notamment quand il s’agit d’expliquer l’importance de porter un EPI (équipement de protection individuel): «On n’aborde pas tous les collaborateurs de la même manière, d’où l’intérêt d’avoir suivi des modules de psychologie durant la formation.»

News liées

Nathalie Caix prend les rênes de Medicalis

22/10/2014 - Depuis le 1er septembre dernier, Nathalie Caix est la nouvelle directrice de l'enseigne spécialisée dans les métiers de la santé. Au bénéfice d'une formation médicale, elle est active depuis plus de 15 dans le placement de personnel soignant et médical. Sa mission sera de développer les ...

» Plus d'infos

Interiman Group très actif au Salon RH Suisse

22/10/2014 - Au début du mois d'octobre s'est tenu à Palexpo Genève le traditionnel Salon RH Suisse, qui a réuni tous les professionnels romands des ressources humaines. Interiman Group figurait une nouvelle fois parmi les exposants, représenté par une importante délégation, et impliqué dans le ...

» Plus d'infos